#23 L’état d’esprit influe sur les situations

Ou plutôt, mon état d’esprit donne le ton. Eh oui, encore une facette des rapports aux autres. Elles sont nombreuses et subtiles, et vous en aurez jusque fin juin, comme promit Winking smile

Alors qu’est-ce que je veux dire par là? Basiquement, en étant de bonne humeur, il y a de fortes chances que la journée et mes rapports aux autres se passent mieux que si je tire la tronche. Et encore… Pas sûr: de bonne humeur, je peux être titillée sur un sujet sensible et perdre mes moyens. Et d’humeur maussade, une blague d’un proche peut me détendre, car j’avais peut-être juste besoin d’un peu de gaieté…

Mais alors, ça colle pas mon principe? Eh bien si, quand même. Au moins un peu… Je vous propose de lire ce ce qui suit, ça peut vous donner un point de vue intéressant. Car je vous parlais souvent du fait de gérer les interactions aux autres au lieu de “subir” leurs propos apparentées à des attaques parfois. Là ce que je vous propose, c’est de vous rendre compte à quel point et quelle profondeur nous sommes tous acteurs de nos rapports aux autres.

Quelle intro! Il est temps de s’y mettre, c’est parti.

Je réagis selon mes filtres

Ah oui ces fameux filtres, dont je vous détaillais le principe dans mon article sur les rapports aux autres. Chaque personne agit et réagit selon ses règles de fonctionnement, et ce qu’elle a vécue. Puisque tous les évènements de notre vie influent sur nous positivement ou négativement (les blessures). Cela veut donc dire que les réactions que nous “subissons” des autres ne nous appartiennent pas, mais qu’elles ne concernent que les personnes qui les expriment. De quoi prendre du recul à nos situations de vie.

Mais ce que je vous dis aujourd’hui, c’est que cela n’est que le premier pas. Il est temps de prendre ce principe de l’autre coté: notre fonctionnement agit sur notre vision des choses. Et donc sur les situations que nous vivons. Beaucoup de personnes subissent leur emploi. Entre le stress et les collègues/responsables “chiants”, c’est parfois difficile. Sauf que… ils ne sont pas chiants, ils agissent selon leur valeur. Et nous subissons selon les nôtres.

Oui, je vous propose aujourd’hui de vous rendre compte de votre part de responsabilité dans votre vie. Je ne viens pas vous culpabiliser en disant que c’est votre faute. Voyez plutôt cela comme un moyen d’agir concrètement sur votre vie, sur ce qui vous appartient. Et croyez-moi, ça change la vie.

amour soi agir

Comment suis-je responsable?

Ce que nous émettons comme (ré)actions est influencé de manière plus ou moins direct et plus ou moins subtile par l’ensemble de notre personne. En sommes, si nous prenons deux personnes qui vivent les mêmes situations, l’une peut en être ébranlé, et l’autres peut ne pas être touchée. Cela signifie que l’une des deux personnes est touchée par les mots, et donc a une ou des blessures à guérir. Par blessures, j’entends tout souvenirs ou type de fonctionnement qui émane d’un évènement ou élément douloureux. Et parfois, c’est bien caché.

Un exemple sera plus simple pour comprendre. Imaginons une personne, Paul, qui n’aime pas recevoir de critique. C’est-à-dire qu’il se sent nul car il n’a pas réussit à satisfaire telle contrainte, ou telle personne. Peut-être qu’étant enfant, ses parents attendaient de lui une certaine perfection. Ou alors, peut-être qu’il cherche l’attention des autres en se montrant parfait car il n’a pas confiance en lui. Peut-être encore est-il trop exigent envers lui-même et qu’il s’impose de réussir, sans accepter ses failles…

Cela parait simple et évident dit comme ça, mais lorsque l’on creuse, c’est parfois bien caché tout ça. D’où l’importance de se connaître, avec un amour inconditionnel, et avec tendresse et tolérance envers soi. J’en avais fait un article dont celui-ci est la continuité. Je vous propose aujourd’hui de vous plonger d’avantages dans la prise de conscience et l’acceptation de ce principe: la façon dont nous vivons les choses dépend de nous.

Ce n’est pas facile je vous l’accorde, car cela signifie faire face à ce qui nous fait mal. C’est accepter notre imperfection.

Mais j’ai un scoop pour vous: vous êtes humains! Vous n’êtes pas parfait, et ferez des erreurs. C’est normal! Alors agissez comme des grands, des adultes responsables comme on dit. Mais cela va au-delà de cette expression si familière. Vous le percevez à présent. Car si tout le monde agissait avec responsabilité, c’est-à-dire, en agissant avec conscience sur son propre fonctionnement et ses propres (ré)actions, ne pensez-vous pas que le monde entier s’en trouverait transformé?

Prenez-soin de vous, restez bienveillants avec vous-même, et souriez, prenez ça comme un jeu de découvertes de vous-même. Vous verrez que tout changera en mieux

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.